À quelques mois de l’événement sportif automobile le plus prisé, mémento sur les origines du Grand Prix de Monaco ! Êtes-vous vraiment incollable ?

Grand Prix

Les origines du Grand Prix de Monaco

L’Automobile Club de Monaco, fut créé très exactement le 26 août 1890 par 21 passionnés et amoureux de la bicyclette. Dénommé « Sport Vélocipédique de la Principauté” puis “Sport Vélocipédique Monégasque”. En raison de l’avancée technologique des véhicules à moteur, l’appellation d’origine évoluera 27 ans plus tard, pour devenir le « Sport Automobile et Vélocipédique de Monaco » à l’initiative du Président Henri Tairraz.
 

Alexandre Noghès devient Président du SAVM, le 31 octobre 1909

Ce fut le début d’une grande aventure automobile avec l’organisation du 1er Rallye Automobile Monaco disputé entre le 21 et le 29 janvier 1911, ayant pour villes de départ Paris, Berlin, Bruxelles, Boulogne-sur-Mer, Vienne et Genève. Fort de ce succès et pour ancrer dans l’esprit de ses membres que l’avenir de leur Association reposait désormais davantage sur quatre roues propulsées par un moteur à explosion plutôt que sur deux-roues entraînées par la force des mollets, Alexandre Noghès fit éditer un annuaire dans lequel figuraient les noms et adresses des membres, des itinéraires d’excursions pour automobiles. La détermination des responsables du club était évidente : ils commençaient à écrire l’avenir.

La Première Guerre mondiale, mis en sommeil le Sport Automobile durant ces quatre années de conflits. En 1918, la Principauté pleure ses défunts, dont plusieurs dizaines faisaient partie de l’Association. Persévérant, Alexandre Noghès se remet à l’ouvrage, initiée en Juin 1914, il dévoile la 1re semaine automobile. Cette dernière, comporte différentes épreuves pour automobiles et motos, une exposition et un concours d’élégance. Une nouvelle manifestation qui confirma, que le président Noghès et son équipe étaient dans le vrai. Le 29 mars 1925, changement du nom de l’association pour L’Automobile Club de Monaco, que nous connaissons aujourd’hui.

En qualité de Commissaire Général, Antony Noghès, fut chargé d’aller à Paris présenter la candidature de l’Automobile Club de Monaco pour l’organisation du Grand Prix dans la Principauté. La réponse fut négative. Dépité par ce refus, il n’en resta pas moins obstiné. Il prit le partis de créer une épreuve automobile sur le territoire national, en pleine ville. Mais cette idée d’un circuit de vitesse en zone urbaine était-elle réalisable ? Il choisit de confier son projet aux seules personnes dont il savait qu’il obtiendrait un avis pertinent et objectif : Louis Chiron au plan sportif et Jacques Taffe au plan technique. Afin d’assurer le financement de cet événement, Mr René LEON, administrateur de la Société des Bains de Mer, perçu tout l’intérêt de cette épreuve et libéra les fonds nécessaires.

“Aucun pays au monde n’aura un tel circuit !” . L’annonce officielle de l’organisation du Grand Prix fut accueillie avec triomphe en Principauté de Monaco. Le 18 octobre 1928, on pouvait lire dans la Gazette de Monaco : « Nous sommes heureux d’apprendre que l’Association Internationale des Automobiles Clubs Reconnus a admis l’ACM comme club national, ce qui porte à trente-quatre le nombre de pays représentés ». Six mois plus tard, le circuit du 1er Grand Prix de Monaco était inauguré par le Prince Pierre. Un tour d’honneur effectué à bord d’une Torpedo Voisin, conduite par Charles Faroux le directeur de course.


 

Tweet
Haut de la page